logologo

Tricot : L’union fait la maille

Pendant que les créateurs de mode remettent les lainages à la page, de nouvelles générations empruntent les aiguilles de leurs grands-mères. Pour autant qu’elles veuillent bien les prêter,
car il y a de nos jours mille raisons de tricoter.

Par Sandra Sabino

On tricote d’abord pour le bien-être. Une maille à l’endroit, une maille à l’envers, rien de tel pour se relaxer, comme si la pelote qui se défaisait était celle de nos pensées. L’effet antistress peut, paraîtil, se comparer à la méditation. Mais le tricot, c’est aussi le sentiment gratifiant d’avoir produit quelque chose de ses mains, le plaisir de créer, la joie d’offrir ou d’arborer un accessoire personnalisé. Ça peut enfin aussi être l’occasion de soutenir une cause humanitaire ou simplement le plaisir de se retrouver autour d’un tricot-thé.
A Fribourg, les tricoteuses (les tricoteurs se font encore attendre) se rencontrent au quartier d’Alt ou à la Grand-Rue, sous l’impulsion de Marthe Fontana qui y tient une boutique de laine. Elle poursuit ainsi une initiative d’ Elisabeth Longchamp Schneider, une figure bien connue de la vie associative fribourgeoise, qui avait enrôlé des volontaires afin de participer à des actions caritatives. Ensemble,elles ont tricoté des centaines de bonnets pour nouveau-nés et peut-être sauvé des vies, car même dans les pays chauds, la déperdition de chaleur par le crâne peut être fatale aux bébés. Certaines tricoteuses poursuivent cette démarche, d’autres viennent pour confectionner leur propre création ou encore simplement pour apprendre. Pour passer, pas besoin de s’annoncer.

A Riaz, c’est avec un esprit similaire que Marie-Josée de Labally et Astrid Morand animent un groupe de tricot dont le succès ne se dément pas. Plusieurs générations se rencontrent à la bonne franquette pour initier les débutantes, échanger des astuces ou se confronter à des modèles difficiles. Le groupe prend aussi des initiatives sympathiques, comme celle de tricoter de petits cadeaux pour les bébés qui naissent dans le village.
En Veveyse, enfin, Anne Joray Fayet partage sa vraie passion en donnant des cours de crochet et de tricot chez elle, à l’enseigne de La TricotAnne, au Crêt-Près-Semsales, ainsi que dans le cadre des ateliers créatifs du Régio, à Châtel-St-Denis.

GROUPES DE TRICOT
 
 Foyer de l’Arsen’alt
Derrière-les-Remparts 12, Fribourg
de 19 h à 21 h, 9 janvier, 7 février, 8 mars, 17 avril, 16 mai et 14 juin
026 321 27 12
 
Aiguilles à Malices
Grand-Rue 53, Fribourg
le dernier mercredi du mois,
de 14 h à 16 h – 026 321 27 12
 
Ecole primaire de Riaz
Route des Monts 14, 1er étage
le deuxième mardi du mois, de 20 à 22 h
079 706 41 35
COURS DE CROCHET ET DE TRICOT
 
La TricotAnne
Route des Villages 33, Le Crêt-Près-Semsales – 079 308 12 44
 
Le Régio
Route de Vevey 30, Châtel-St-Denis
079 630 30 31 – www.leregio.ch programme en ligne
Google +

© 2017 St-Paul Holding SA

Site web: media f SA