logologo

Le vin des moines

Cette deuxième étape, entre Hauterive et Romont, suit la Via Jacobi, empruntée par les nombreux pèlerins se rendant à Compostelle : de l’abbaye cistercienne d’Hauterive, véritable havre de paix situé dans un méandre de la Sarine, à Romont, la ville haute aux airs de Mont-Saint-Michel.

Par Josiane Haas

A l’abbaye d’Hauterive, les heures pleines sont rythmées par l’appel des cloches à la prière. La végétation et la pierre se marient élégamment, tandis que l’eau coule dans le lit de la rivière. En ce lieu, les moines cisterciens travaillent et prient. Les jardins, les vergers, la ferme, l’administration, la cuisine, le magasin ou la peinture par exemple sont pour eux autant de façons de se mettre au service de la communauté. Et jusqu’en 1848, les moines étaient aussi vignerons.

L’histoire commence en 1138. Les religieux arrivés de Bourgogne reçoivent de Guillaume de Glâne, un seigneur local, les terres d’Hauterive, de même que celles du domaine des Faverges, sur les hauteurs de Saint-Saphorin. Le domaine viticole est aujourd’hui propriété de l’Etat de Fribourg (voir page 14). Dès le Moyen Age, ce sont les moines qui y ont patiemment défriché la terre, planté la vigne et dessiné le paysage en terrasses. Le vignoble est leur oeuvre et, pendant 700 ans, ce sont eux qui en ont pris soin.

Pour les religieux, la situation bascule en 1848 avec la guerre du Sonderbund, opposant les troupes des cantons catholiques conservateurs à l’armée confédérale. Dans le camp des perdants, Fribourg doit s’acquitter d’une contribution fédérale élevée pour « frais de guerre ». Le Grand Conseil décrète que les biens des couvents et maisons religieuses « sont réunis au domaine de l’Etat ». Fribourg supprime ainsi l’abbaye d’Hauterive et entre en possession des Faverges. Les moines doivent quitter les lieux.

Revenues au pouvoir, les autorités conservatrices tentent de corriger la situation. Une convention est signée le 23 novembre 1867, selon laquelle ces biens restent propriété de l’Etat, qui défraye de son côté l’autorité diocésaine. Les Faverges deviennent définitivement propriété de l’Etat de Fribourg.

En 1939, les moines, venus d’Autriche cette fois, réintègrent l’abbaye d’Hauterive. En gage de bonnes relations, le domaine des Faverges leur offre chaque année 100 bouteilles de vin.

Suivez l’itinéraire complet sur votre téléphone, avec l’application SuisseMobile. A pied, le parcours dure 4 heures. 18,3 km, dénivelés : + 160 m / -120 m
  • ESCAPE GAME À LA TOUR DE FRIBOURG À ROMONT

    Romont abrite un escape game original dans la tour de Fribourg. Le thème, cette année, est « Le squatteur », en référence
    à l’habitant mystérieux qui occupe la tour depuis longtemps. Attention, vous avez une heure pour résoudre les énigmes et quitter les lieux avant que ce dernier ne réalise votre intrusion dans son repaire ! Le jeu s’adresse à tous, l’animateur tenant compte de son public.

    Entre 3 et 8 joueurs, Fr. 100.– par groupe
    Ouvert les vendredis, samedis et dimanches, sur demande en semaine
    www.escapegame-romont.ch
  • EXPOSITION « LA LAITIÈRE ET LE POT AUX LÉS » À MÉZIÈRES

    A 5 minutes de bus – ou 35 minutes à pied – de Romont par un joli chemin de campagne, le Musée du papier peint du château
    de Mézières accueille cet été une exposition originale autour du thème du lait. Au sein de son exposition permanente
    de papiers peints, il présente divers contes, légendes et faits historiques montrant l’importance de ce précieux liquide
    à l’origine de la Voie lactée et des nuages de votre thé. Les enfants dès 6-7 ans et les adultes apprécieront.

    Vernissage le 27 juin à 18 h 30 ; visite guidée le 25 août à 14 h et contée le 22 septembre à 14 h
    www.museepapierpeint.ch

© 2019 St-Paul Holding SA

Site web: media f SA