logologo

Sous le signe du divin Bacchus

On buvait déjà du vin à l’époque romaine sur le territoire aujourd’hui fribourgeois. Le Musée romain de Vallon abrite une mosaïque évoquant Bacchus, dieu romain de la vigne et du vin. Une exposition lui est consacrée pour fêter les 30 ans de sa découverte.

Par Charly Veuthey

Le Musée romain de Vallon est l’un des plus charmants du canton. Situé à 2 km de Gletterens – où vous pouvez découvrir le village lacustre – il met en valeur deux superbes mosaïques, dont l’une est consacrée à Ariane et Bacchus. Il permet également de bien comprendre certains des aspects de la vie quotidienne des Romains et, pour ce qui nous concerne, leur rapport à la table et aux vins.

Le Musée romain de Vallon est implanté sur le site où ont été retrouvés les vestiges « d’une demeure de riches propriétaires, qui se sont romanisés et qui s’inspiraient de la vie des Romains des grandes villes de l’Empire », explique Clara Agustoni, la conservatrice du musée. La plaquette Autour de la table, publiée lors d’une exposition temporaire en 2014, permet d’apprendre que les Romains prenaient deux repas légers dans la journée, avant de se mettre à table pour la cena qui débutait en fin d’après-midi et servait de dîner-souper. Ce repas, chez les Romains aisés, se déroulait dans de grandes salles de banquet. A Vallon, ils étaient accueillis dans la pièce où l’on peut aujourd’hui admirer la grande mosaïque de la chasse. Avec ses près de 100 m2, elle pouvait accueillir 40 à 50 convives, qui ne crachaient certainement pas dans leur verre : chez les Romains, le maître de maison devait prévoir « de bons vins offerts sans parcimonie », peut-on lire.

Le Musée romain de Vallon abrite plusieurs témoignages de cette culture du vin. Des cruches peut-être destinées au service du vin, ont été retrouvées dans la salle ornée par la mosaïque de Bacchus et Ariane. On pense aujourd’hui que le dieu de la vigne et du vin n’est pas directement représenté sur cette mosaïque, mais on retrouve les éléments habituels de son iconographie : satyres, masques de théâtre et panthères. Le musée présente également divers objets qui permettaient le service du vin. « Dans l’Antiquité, explique la conservatrice, seuls les Barbares boivent du vin pur. Les Romains le mélangent avec de l’eau, froide ou chaude. Le maître de la boisson, dans les banquets, décide combien d’eau on mélange au vin, combien de fois on doit lever la coupe… ». Il fallait donc des louches, des passoires pour filtrer le vin, des cruches, des amphores, des coupes…

On a retrouvé certains de ces objets sur le site de Vallon. En dehors des deux mosaïques, chefs-d’oeuvre de Vallon, il faut prendre le temps de bien observer la maquette qui reproduit le bâtiment tel qu’il était dans la première moitié du IIIe siècle après J.-C. Parmi la quarantaine de pièces dénombrées, on découvre une cuisine aussi spacieuse que la salle de banquet, ce qui était hors normes pour une cuisine de l’époque. Il ne fait donc aucun doute qu’on jouissait des arts de la table à Vallon.

EXPOSITION TEMPORAIRE AU BOUT DU FIL : ARIANE, BACCHUS ET LES AUTRES

Jusqu’au 1er mars 2020, l’exposition Au bout du fil. Ariane, Bacchus et les autres célèbre les 30 ans de la découverte de la mosaïque dite de « Bacchus et Ariane ». Conçue et réalisée en collaboration avec le Service archéologique de l’Etat de Fribourg, cette exposition offre un riche programme d’animations pour petits et grands.

www.museevallon.ch

© 2019 St-Paul Holding SA

Site web: media f SA